Dépistage gratuit du cancer du sein

Actualité, Prévention

Dépistage gratuit du cancer du sein pour les femmes entre 50 et 74 ans

Une femme sur huit développe un cancer du sein au cours de sa vie. Détecté tôt, le cancer du sein guérit dans 9 cas sur 10. C’est entre 50 et 74 ans que les femmes sont le plus exposées.

À QUI S'ADRESSE LE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN ?

Le dépistage du cancer du sein a pour objectif de diminuer le nombre de décès causés par le cancer du sein.

Le dépistage organisé du cancer du sein concerne toutes les femmes entre 50 et 74 ans, sans symptômes et n'ayant pas de facteurs de risque particuliers de cancer du sein, autre que leur âge.

Les femmes ayant un risque élevé ou très élevé de cancer du sein peuvent bénéficier d'un suivi spécifique adapté à leur situation individuelle. Depuis le 1er septembre 2016, les personnes nécessitant un dépistage spécifique peuvent bénéficier d'une prise en charge à 100 % pour les examens recommandés dans leur situation.

LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN

Le dépistage du cancer du sein a pour objectif de diminuer le nombre de décès causés par le cancer du sein. Se faire dépister n’empêche pas d’avoir un cancer du sein mais permet de le détecter plus tôt, avant l’apparition de symptômes. Cette détection précoce permet de soigner plus facilement le cancer et d’augmenter ses chances de guérison, mais aussi de limiter les séquelles liées à certains traitements.

Selon les chiffres issus d'études internationales, les programmes de dépistage du cancer du sein permettent de réduire de 15 et 21 % la mortalité par cancer du sein. Ainsi, grâce au dépistage, de 100 à 300 décès par cancer du sein sont évités pour 100 000 femmes participant de manière régulière au dépistage pendant 7 à 10 ans.

La décision de s’engager dans une démarche de dépistage est un choix personnel : il est important de prendre connaissance des avantages et des inconvénients de cette démarche avant de décider d’y prendre part.

LA MAMMOGRAPHIE DE DÉPISTAGE

La mammographie de dépistage : comment en bénéficier ?

Les femmes sont particulièrement exposées au cancer du sein entre 50 et 74 ans. C'est pourquoi, pendant cette période de vie, elles peuvent bénéficier, tous les 2 ans, sur invitation, de mammographies de dépistage : un moyen simple, de qualité et gratuit pour détecter un cancer du sein le plus tôt possible.

Le dépistage du cancer du sein est simple

Si vous avez entre 50 et 74 ans, tous les 2 ans vous recevrez un courrier d'invitation pour effectuer une mammographie de dépistage, accompagné d'un bon de prise en charge et de la liste des radiologues de votre département agréés dans le cadre du programme de prévention national. Choisissez le radiologue que vous voulez dans cette liste et prenez rendez-vous. Si vous avez 50 ans et n’avez pas encore reçu ce courrier, demandez conseil à votre médecin traitant lors d’une consultation pour qu’il vous indique la marche à suivre. Vous pouvez aussi appeler la structure de gestion en charge de l'organisation du dépistage du cancer du sein dans votre département. Ces structures gèrent en effet le programme de dépistage organisé au niveau départemental ou interdépartemental et envoient les courriers d'invitation.

Le dépistage du cancer du sein est gratuit

Lors de la consultation, présentez le bon de prise en charge avec votre courrier d’invitation et votre carte Vitale. Vous n’aurez rien à payer. L’Assurance Maladie règlera directement le radiologue.

Le dépistage du cancer du sein est contrôlé

Dans le cadre du programme de dépistage organisé du cancer du sein, une deuxième lecture systématique des mammographies jugées normales est assurée par un second radiologue expert.

Consultez les informations en langage « facile à lire et à comprendre » (FALC) sur la mammographie, son rôle et les différentes étapes de l’examen, en téléchargeant la bande dessinée La mammographie (PDF), réalisée par l’association CoActis Santé dans le cadre de son projet SantéBD.

LES RESULTATS DE LA MAMMOGRAPHIE

Le radiologue vous communique les premiers résultats dès la fin de votre consultation. Dans le cadre du dépistage organisé, les clichés sont adressés à un deuxième radiologue qui procède à une seconde lecture. Les résultats définitifs vous sont envoyés ainsi qu'au médecin de votre choix par courrier.

Après la mammographie de dépistage, s'il existe des anomalies radiologiques, d'autres examens peuvent être demandés (échographie, biopsie...) Ces examens complémentaires sont pris en charge par votre caisse d'Assurance Maladie aux conditions habituelles de remboursement.

Après chaque mammographie, conservez soigneusement vos clichés ainsi que le compte-rendu.

Pensez à apporter les précédentes mammographies à votre radiologue lors de vos prochains dépistages. Le but est de pouvoir comparer les anciens et les nouveaux clichés.

 

 

QUELLE EST LA PLACE DE L'ECHOGRAPHIE MAMMAIRE ?

Dans certaines situations, une échographie des seins est nécessaire pour compléter la mammographie, par exemple lorsque la densité des seins ne permet pas d'interpréter correctement la mammographie. Dans ce cas, l'échographie est prise en charge dans les conditions habituelles de remboursement et non pas à 100 %.

RISQUE ÉLEVÉ OU TRÈS ÉLEVÉ DE CANCER DU SEIN : LES SITUATIONS NÉCESSITANT UNE SURVEILLANCE SPÉCIFIQUE

Certaines femmes présentent des facteurs de risque particuliers qui nécessitent un dépistage spécifique, en raison de certains antécédents familiaux ou personnels.

Niveau de risque très élevé de cancer du sein en cas de mutation génétique

Lorsque plusieurs personnes d’une même famille sont atteintes de cancer du sein ou de l’ovaire, il peut s’agir d’un cancer héréditaire, dû à une anomalie génétique qui peut se transmettre d’une génération à l’autre (le plus souvent, mutation du gène BRCA1 ou BRCA2). Seuls 5 à 10 % des cancers du sein sont héréditaires.

Cependant, ce n’est pas parce qu’une personne de votre famille a eu un cancer du sein que vous présentez forcément des prédispositions génétiques.Votre médecin peut calculer un score (le score d’Eisinger) afin d’évaluer la nécessité d’une consultation en oncogénétique, si votre histoire familiale est évocatrice d’une mutation génétique. Pendant cette consultation, le médecin spécialiste évalue le risque génétique et propose éventuellement une recherche de mutation.

À l’issue de cette consultation et d’un test génétique, si une mutation génétique est identifiée, votre risque est évalué comme étant très élevé, vous avez droit à une exonération du ticket modérateur des examens de surveillance qui vous sont recommandés :

  • examen clinique tous les 6 mois dès l'âge de 20 ans ;
  • examens radiologiques de surveillance annuels (IRM mammaire et/ou mammographie selon les cas, parfois complétée d’une échographie) dès 30 ans.

En l’absence d’identification d’une mutation BRCA 1 ou 2 dans la famille, c’est à l’oncogénéticien d’évaluer le niveau de risque personnel de cancer du sein de la femme, au vu de son arbre généalogique et de son âge.

Niveau de risque élevé de cancer du sein

Les situations de risque élevé

Le risque de développer un cancer du sein est élevé si la femme :

  • présente des lésions atypiques du sein : hyperplasie canalaire atypique, hyperplasie lobulaire atypique ou une affection proliférative bénigne. Il s’agit de cellules anormales qui se développent dans les canaux ou les lobules du sein. Ces lésions ne sont pas cancéreuses, mais doivent être surveillées en raison de leur risque évolutif ;
  • a un antécédent personnel de cancer du sein, de l'utérus et/ou de l'endomètre (muqueuse tapissant l'intérieur de l'utérus) ;
  • a été exposée à une irradiation thoracique à haute dose avant l'âge de 30 ans (une irradiation du thorax, lors d’une radiothérapie pour une maladie de Hodgkin par exemple).

Quel dépistage en cas de risque élevé de cancer du sein ?

Si vous êtes dans une de ces situations, votre risque de cancer du sein est considéré comme élevé et une surveillance spécifique à votre cas vous est proposée. Les modalités de cette surveillance, en plus des examens cliniques, peuvent consister en :

  • les mêmes examens de dépistage que ceux du dépistage organisé, mais débutés plus tôt et/ou faits à des intervalles plus courts ;
  • d'autres examens en complément de la mammographie : échographie, IRM...

Vous avez droit à une exonération du ticket modérateur des examens de surveillance qui vous sont recommandés (mammographie parfois complétée d’une échographie ou IRM). Dans les cas d'antécédent personnel de cancer du sein ou de radiothérapie thoracique, la surveillance particulière est prise en charge à 100 % dans le cadre du dispositif « affection de longue durée » (ALD). Pour en savoir plus, parlez-en au médecin qui vous suit.