Le rire un allié du bien-être et de la santé

Prévention

Le rire un allié du bien-être et de la santé

FAMILLE

Rire pour mieux se porter, pour aider à guérir, pour faciliter les soins…
De multiples études, témoignages et initiatives prouvent que l’humour peut être un précieux ami pour l’être humain. Il faut donc s’efforcer de se « marrer » davantage, même si l’époque ne s’y prête pas toujours. Afin de prévenir les risques d’affections cardio-vasculaires, éviter la dépression, stimuler divers types de muscles ou encore renforcer ses liens sociaux.

Plusieurs ouvrages et divers études médicales le confirment : le rire est une arme à ne pas minorer. Il est désormais médicalement reconnu qu’il a des effets thérapeutiques non négligeables qui, s’ils ne permettent pas à eux seuls de guérir une maladie grave, aident à la soigner ou à la supporter. « Le rire, utilisé à titre préventif, réduit les risques d’accidents cérébraux ou cardio-vasculaires, de cancer et de dépression, rappelle le psychothérapeute Bernard Raquin dans son livre Rire pour vivre. Il régénère les fonctions naturelles de la guérison ».

Le Dr Henri Rubinstein, professeur de neurologie, explique, lui aussi, ces effets bénéfiques dans son ouvrage Psychosomatique du rire. Au niveau des muscles, se gausser procure une action relaxante, grâce à l’onde musculaire propagée des muscles masticatoires du visage aux muscles thoraciques, abdominaux et ainsi de suite. Cela contribue notamment à masser les intestins et à stimuler la digestion, en favorisant la sécrétion de sucs pancréatiques. 

UN RÉFLEXE VITAL

Au plan respiratoire, se « bidonner » produit une séquence proche des respirations du yoga et offre à l’organisme une meilleure oxygénation. La quantité d’air ventilé est quatre fois supérieure à la normale (jusqu’à deux litres au lieu d’un demi-litre). À l’échelon neuro-hormonal, cela stimule la production des hormones de la série des endorphines, qui déstressent, agissent contre la douleur, calment l’anxiété et régularisent l’humeur. La rigolade combat la déprime et favorise le sommeil.

On estime qu’une minute de fou rire équivaut à 45 minutes de relaxation.
Des études ont mis en évidence que le rire, « le propre de l’homme » dixit François Rabelais, est un réflexe vital qui stimule les défenses immunitaires. Le psychiatre David Servan-Schreiber, auteur du best-seller Guérir (Robert Laffont, 2003), affirme que « les optimistes ont un système immunitaire plus fort ». S’esclaffer rend moins vulnérable aux infections.

Des cardiologues ont, de leur côté, montré que les personnes ayant le sens de l’humour étaient davantage protégées contre l’infarctus du myocarde que les grincheux et les pessimistes. Et ce, en raison des effets positifs du mécanisme du rire sur la tension artérielle, la circulation sanguine et le rythme cardiaque. En préservant l’élasticité des vaisseaux sanguins, il fait travailler de façon bénéfique le système cardiovasculaire.

Enfin, en produisant de la dopamine – un neurotransmetteur primordial dans les sensations de plaisir – il joue un rôle positif au service d’une sexualité épanouie et du lien social qu’il vient renforcer. Chacun sait que le sens de l’humour est une qualité très recherchée chez un partenaire amoureux, que le rire est communicatif, qu’il est libérateur et augmente la confiance en soi.

« Chaque fois que l’on sourit et surtout que l’on rit, on agit sur le thymus, la moelle épinière et le cerveau qui lui-même agit sur les muscles faciaux, les côtes, le cœur, l’estomac, le système sanguin, résume Bernard Raquin. Pour une cure de jouvence, c’est le moyen le plus rapide. »

MERCI LES CLOWNS

Pour combler le trou de la Sécu et freiner la hausse des dépenses de maladie, il faudrait donc que les Français se marrent le plus souvent possible ! Malheureusement, ils le font de moins en moins. En moyenne une minute par jour, contre une vingtaine de minutes avant-guerre et six minutes au début des années 80. Alors qu’il faudrait au minimum 10 à 15 minutes par jour, selon certains spécialistes, pour être en bonne santé.

On ne peut donc que saluer des initiatives comme celle du Dr Madan Kataria. Inventeur du yoga du rire, il est à l’origine de milliers de Clubs du rire dans le monde et a lancé, en 1998, la Journée internationale du rire. Tirons aussi un grand coup de chapeau au travail des clowns de l’association Le rire médecin. Ils apportent depuis 1991, dans plusieurs centres hospitaliers français, du réconfort aux enfants hospitalisés, à leurs soignants et à leurs parents, en facilitant les soins douloureux ou angoissants.

Jacques HUGUENIN