Actualités entreprises

La sieste en entreprise, une pause pour plus de rentabilité ?

Du Japon à la France

« Faire un somme » au travail est une pratique de plus en plus répandue. Un pays a même légiféré en matière de sieste au travail : la Chine. Dans ce pays le droit au repos et à la sieste y est reconnu dans l’article 43 de la Constitution. Au  Japon, pas question de réveiller un salarié qui pique du nez sur son ordinateur. Au pays où l’on travaille le plus au monde – 50 heures par semaine – la sieste au bureau est une véritable institution, une pratique culturelle très ancienne. Vivement encouragée par les patrons pour recharger les batteries des employés, elle se pratique quotidiennement dans des espaces spécialement prévus à cet effet dans la plupart des grandes entreprises, un peu moins dans les petites. Au Japon encore, les entreprises en ont fait un outil de management incontournable pour réduire le déficit de sommeil des travailleurs. Il faut dire qu’il pèse sur l’économie du pays. Absentéisme, retard, manque d’attention seraient ainsi responsables de plusieurs milliards de dollars de pertes chaque année.

Paresse pour certains, perte de temps pour d’autres… En France, la sieste au bureau reste encore mal vue. Seule une poignée d’entreprises a tenté l’expérience en lui dédiant des espaces avec fauteuils de détente, éclairage tamisé, musique relaxante, etc. Toutefois, l’idée fait son chemin. Ainsi en 2014, et selon une enquête réalisée par un institut de sondage indépendant pour le cabinet Robert Half France en décembre 2013, 47% des directeurs ou responsables administratifs et financiers dans l’Hexagone seraient plutôt favorables à l’instauration d’une sieste de moins de 20 minutes sur le lieu de travail, 17% trouvent la proposition acceptable, contre 36% qui la considèrent encore farfelue.  Néanmoins, les esprits évoluent vite face aux études de plus en plus positives sur le sujet. Certaines entreprises pionnières ont commencé à installer des salles de sieste en France. C’est le cas de Novius, agence Web, qui en a installé une dans ses locaux depuis 2007. Un Bar à Sieste a même ouvert dans le passage Choiseul dans le 2ème arrondissement de Paris. « On peut imaginer que la sieste, qui était inenvisageable au travail il y a encore peu, devienne progressivement une pause acceptée voire recommandée », remarque Olivier Gélis, directeur général de Robert Half France.

Des bénéfices sur la productivité de ses salariés ?

Article_Sieste-travail_getty_Hero-ImagesUne enquête de l’Institut national du sommeil et de la vigilance démontre que 30% des français dorment moins de 7 heures par nuit et que les salariés seraient 19%* à s’assoupir ou s’endormir régulièrement au travail, le plus souvent en cachette. Aussi, trois quarts des Français se sentent fati­gués pendant la jour­née, moins concen­trés, leur effi­ca­cité au travail s’en trouve réduite. Sur la base d’une jour­née de 8 heures, ils seraient en moyenne, réel­le­ment effi­caces seule­ment durant 5 à 6 heures. Un constat qui n’est pas sans conséquence sur la productivité : 12 jours d’efficacité seraient ainsi perdus par an et par salarié**, en raison du manque de sommeil et de la fatigue.

Comment rebooster ses sala­riés ? Pourquoi pas en faisant la sieste, tout simple­ment. Celle-ci permet aux adeptes de réduire leur défi­cit de sommeil de 5 jours par an, soit un peu plus de 9 heures par mois.

Des salariés plus créatifs, de meilleure humeur, une productivité en hausse de 35%… Les vertus de la sieste ne seraient plus à démontrer. Elles sont même scientifiquement prouvées !  Ainsi, selon certaines spécialistes, 15 à 20  minutes de relaxation suffiraient à améliorer la mémoire, le niveau de vigilance, la concentration et les capacités d’apprentissage. Surtout, la micro-sieste qui serait bien plus bénéfique qu’une pause café pour restaurer la vigilance  et diminuer les risques d’erreurs ou d’accident du travail. Cette pause pourrait éviter certains arrêts-maladie et améliorerait notre concentration, notre mémoire et notre attention. Un petit somme de 20 minutes suffirait même pour diminuer le stress et l’épuisement.

 

* Institut national du sommeil et de la vigilance. ** Cabinet Occurrence, 2015.

Sources : article de Camille Adaoust « La sieste au travail, une cause qui progresse » sur le Figaro.fr, article « La sieste au travail, une pratique répandue sauf en France » sur le Figrao.fr, article « Faire la sieste au bureau, les japonais le font : pourquoi pas nous ? » sur Femmeactuelle.fr, article de Luca Jakubowicz « Pourquoi la sieste est bonne pour votre entreprise ? » sur le JDN

Vous êtes sur mobile.